27 janvier 2012

La Sage-femme (Mami) Souvenir d’enfance

La Sage-femme (Mami)   Souvenir d’enfance

La période d’après-guerre, j’avais quatre ans quand mes parents décidèrent  d’aller habiter la grande ville cosmopolite, la ville dont j’ai déjà  parlé  dans mes souvenirs.

C’était l’après-guerre, la vie été difficile, mon père parti le premier a la recherche de travail et d’un logement, un mois plus tard ma mère et moi priment la route en train. Nous arrivâmes la nuit, ma mère fondit en larmes en rentrant dans la maison, une bicoque en bois toute branlante, nous étions au deuxième étage, mon père expliquait que cela était passager, qu’une charmante vielle femme habitait en bas, une ancienne Sage-femme surement elle remplacera mes deux grands-mères restaient dans notre ville.

Ma mère  pleurait toujours quand on frappa a la porte, la Sorcière Carabosse  était venu nous souhaiter le bien venu tenant dans ses mains crochus deux œufs frais de son poulailler un sourire édentée me fis filler sous la table.

Grace a une famille voisine qui pris ma mère sous sa protection nous survécûmes six mois dans cette baraque la Mami comme on la surnommée me faisait tremblait de peur malgré qu’elle m’apportait chaque jour des œufs frais.

Une nuit on frappa a la porte, nous dormions profondément, le curé de patelin venait avertir mon père que la Mami était morte, il fallait la veiller jusqu’au matin, mon père pourrait-il l’aider, a cet époque mes parent étaient jeunes, mon père devait avoir dans les Trente ans, il accepta et descendit, ma mere et moi grelottantes nous nous cachâmes sous la couverture.

Au petit matin tout les voisin étaient la pour la mise en cercueil, ma mère descendit, moi je restais sous la couverture.

Alors survenue le drame, on la mit dans le cercueil et alors sans crier gare elle se releva, criant et riant elle renvoya toute l’assistance dehors et beugla que son heure de mourir était encore loin. Elle se dirigea vers son poulailler soigné ses poules.

On déménagea dans un autre quartier, ma mère cessa de pleurer, la Mamie survécue encore quelques années, et le moment venue  on l’entera la nuit  sans attendre le jour……  
Enregistrer un commentaire