30 septembre 2011

La Bête

La Bête

Sans crier garde et Sans t’annoncer
Soudain tu es revenu Te loger chez moi
Entre mon cœur et mes tripes
Bête rongeuse chargé de mauvais souvenirs
Dans ta main les graines desséchées de
Mémoire de larmes et souffrances du passer
Sans crier garde Sans t’annoncer
Soudain tu as voulu faire le vide
Entre mon cœur et mes tripes,  te loger, comme par le passer
Tu as voulu effacer tout le bon qui avait pris ta place
Soudain j’ai cru que tu avais gagné
A être maître entre mon cœur et mes tripes
Je t’ai reconnue, je t’ai vu
Mon artillerie d’amour t’a anéantie  
Je sais que la bataille continue
Que tu me guette, Que tu est patiente
Sache que moi aussi
J’aiguise mes flèches avec du miel
La place que tu convoite entre mon cœur et mes tripes
Et désormais pleine
D’une lumière inconnue a toi….
Enregistrer un commentaire