1 août 2011

Mr. E. Fremidis

Mr. E. Fremidis
Souvenir d’enfance

Dans la ville cosmopolite ou j’ai grandi, nous avion des voisins de toute  les religions, certain venue de pays lointains entre les deux guerres.

En face de nous habitait une famille Polonaise dont le père était notre Dr. De famille Mr. Simanovich, au dessus d’eux un couple avec deux filles d’origine Italienne, en bas deux femmes célibataires Grec Orthodoxes, trois familles Arméniennes, des Juifs Ashkénazes et Séfarades et aussi des Musulmans tous vivant dans un méli mélo amicale, en bon entende.\

Les marchants   dans ce quartier coloré aussi était très spéciaux, la laitier et le marchant de yogourt venait chaque matin d’un village lointain, leur langage avait des intonations rudes, le boucher au coin de la rue était un géant moustachu avec une grande croix en or sur sa poitrine, le marchant de volailles était maigre comme un clou et portait toute les saisons un chapeau feutre sur sa tête, un tailleur d’origine Hongroise avait sa boutique au sous-sol de l’immeuble a l’architecture spécial.

Les immeubles étaient  collés les uns aux autres, Mr. E. Fremidis cordonnier avait sa boutique sous l’immeuble voisin. Deux mètres sur trois était le monde de Mr. E. Fremidis, tout au font une alcôve comme un deuxième étage,  cette antre lui servait de lit.  Mr. E. Fremidis était catholique, on ne connaissait pas ses origines, pour nous, enfants il était vieux, aujourd’hui je pense qu’il devait avoir dans les cinquante ans. Toute la journée travaillait a reparer les chaussures du voisinage, souvent il fabriquait des chaussures pour les handicapés, Mr. E. Fremidis ne quittait jamais sa boutique, une vielle radio lui tenait compagnie, il cuisinait sur un petit réchaud a alcool, les voisins lui apportait très souvent un plat, il aimait particulièrement les frites de poissons de ma mère.

Le seul jour ou Mr. E. Fremidis fermait boutique était Noel, il se rendait à l’église St. Antoine pour écouter la Messe.

Qui était Mr. E. Fremidis ce personnage mystérieux, venue échouer dans notre quartier comme cordonnier ? D’où venait-t-il ? Famille? Nous ne savions rient, parfois les voisines chouchoutaient d’un amour déçu dans un lointain pays, un mystère, et pourtant tous nous l’aimions bien Mr. E. Fremidis.

Il y a quelques années je suis retournée dans ma ville dans mon quartier, tout avait change, les gents, les odeurs, les couleurs.

La boutique de Mr. E. Fremidis aujourd’hui est une toute petite galerie d’arts tenue par une fille à la peau laiteuse aux yeux verts….

Tant de personnages qui passent dans notre vie comme Mr. E. Fremidis, qui laissent une trace, des souvenirs, parfois une odeur nous les rappelle, on croit se souvenir de leur voix, une ressemblance une allure nous les font revivre…. Je crois que c’est cela l’éternité….        



Enregistrer un commentaire